R(H)ODE MUSIC HALL OF FAME

Après 1960

Dans les années 60, il y avait six orchestres qui stimulaient la fièvre du samedi soir à Rhode. Les salles de danse de Rhode et communes limitrophes étaient alors occupées par les groupes que nous allons présenter ci-dessous. Au début des années 1960, la chanson française était encore très populaire et les tubes de Johnny Halliday et C° étaient fréquemment joués. Au milieu des années 1960, la musique anglaise s'est imposée avec les Beatles et les Stones. Il n'y avait presque pas de représentations le dimanche soir. Les salles les plus fréquentées étaient la Brouwershuis (chez « Michel » dans la rue de l’Eglise) et chez De Witte (ch. de Hal à Tenbroek). Ces salles étaient généralement occupées par les groupes les plus populaires : The Sundowns chez De Witte et The Noise-makers au Brouwershuis.

Ce texte a été rédigé sur base des souvenirs d'Anny Desmedt, Gilberte Mosselmans, Tineke Walop, Pierre De Broyer, Alain De Ridder, Guy Nekkebroek, John Oscé, Ivan Slabbinck, Louis Tisseghem et Patrick Connoly (de Grande-Bretagne) que nous remercions chaleureusement !

Le Café De Kroon (La Couronne, chez De Witte) était aussi le café des cyclistes de Rhode Sportif et lieu de rendez-vous des membres du VAB (le Touring Secours flamand), où se tenaient les examens théoriques pour l'obtention du permis de conduire. Le café a par la suite été transformé en magasin de cycles par Paul Godeau. Le magasin figurait aussi dans le film d'Urbanus : "Hector". L’ancien café est actuellement une habitation qui se trouve à côté du garage de Pieke Dubois en face de Lidl.

Le "Brouwershuis" (chez Michel) situé au bas de la rue de l’Eglise a entretemps été converti en une boutique. Le café a été repris dans les années ‘80 par Alice et Jean Giraldo, un prof de judo. A l’arrière de l’établissement il y avait une salle de fitness et de judo. (la photo date de cette période)

The Noise-makers


The Noise-makers a été fondé en 1962 par Willy Demesmaker, dans la rue Tête d’Epine à Rhode. Aux côtés de Willy Demesmaker (guitare) jouaient les autres musiciens que nous allons décrire ci-après. Walter Vanderhaegen (guitare), Walter était journaliste-photographe, son père Maurice tenait une épicerie dans la rue Terheyde, qui deviendra plus tard le magasin de matériel de pêche de Jean-Pierre Springael. Freddy Swalens (guitare) et Johnny ? de la rue Eikenbos était le batteur. Comme ils faisaient tellement de bruit pendant leurs répétitions, ils choisirent The Noise-makers comme nom de groupe. Jean-Pierre Swalens, au nom de scène Danny, rejoint le groupe un peu plus tard et en devint le chanteur. Jean-Pierre, pour les vrais amis « Pirre Schoen » (son père était cordonnier) était une figure bien connue à la rue Terheyde et du Dries (Koningsplein). Il était marié à Tineke Walop d'Alsemberg.


Au fil des années, il y eut un va-et-vient de musiciens, dont René Scohy (qui jouait avec The Criminals de Paul Severs, dont les tubes étaient repris en France par le groupe Crazy Horse), Willy Bracaval et René Ragoen.


En 1969, ils sortent leur premier disque, suivi plus tard d'un deuxième : Pancho Villa (sur Monopole Records)

  • Face A : I try to catch a lucky day (H. Silver / JP Swalens)
  • Face B : She wasn’t there (JP Swalens / N. Lambre)


Suivi plus tard par un deuxième, Pancho Villa (à Monopole Records):

  • Face A : Pancho Villa
  • Face B : Tchi ri boem tra la la - ECOUTER


« She wasn’t there » qui était pourtant gravé sur la face B, est devenu leur plus grand succès.

The Sundowns


Christelle et Ivan Slabbinck (frère et sœur) ont fondé « The Crickets » en 1962, avec Harry Coudron, Guy Nekkebroek et Marcel Arcq (Ivan travaillait dans le service technique de notre commune de Rhode). Comme le nom Crickets existait déjà (aux USA), il fut changé en "The Fly Traps". Leur première représentation eu lieu en 1963, lors de la Kermesse à Dworp, au café De Drie Patrijzen. En 1964, Ivan était appelé pour faire son service militaire et Harry et Guy créaient un nouveau groupe : "The Sundowns". Des costumes avaient été confectionnés sur mesure pour les membres du groupe, avec un col foncé et une cravate. Guy Nekkebroek avec ses lunettes à monture noire ressemblait à Hank Marvin des célèbres Shadows (groupe de soutien de Cliff Richard pendant de nombreuses années). Le batteur était Pit (Pieter-Pauwel Vankeerbergen) et le bassiste Louis Tisseghem (devenu plus tard policier à Rhode). Le chanteur Harry Coudron avait une voix (un peu rauque) comme la grande star Adamo. Écoutez leur disque et comparez. Le service militaire des membres du groupe a également mis un terme aux Sundowns.


Leur single sur Top Records (1965) :

  • Face A : Je ne veux plus revoir la mer
  • Face B : Oublions les souvenirs - ECOUTER


The Tomahawks


Ce groupe n’était pas si populaire à Rhode mais il a donné beaucoup de représentations dans la capitale et autour de celle-ci. Les fondateurs étaient les frères Desmedt d'Alsemberg (1964-67).  Le chef de groupe des Tomahawks était Clément Desmedt (guitare). Robert Desmedt était chanteur, Eddy Kaarsmakerij "Bougie" pour les amis était à la basse, Patrick Connolly à la batterie, François Tisseghem à la guitare rythmique (plus tard remplacé par son frère Louis et de temps à autre par Christelle Slabbinck, alors épouse d’un des frères (Jean-Pierre) Desmedt).

Comme chez Harry Coudron des Sundowns, la voix du chanteur Robert était également un peu "rauque". Ils jouaient dès lors souvent des chansons d'Adamo, Dick Rivers…et la piste de danse était toujours pleine quand ils donnaient leur interprétation de Twist à St-Tropez…


Le nom Tomahawks a été retenu par les musiciens lors d'un déplacement en voiture pour un match-concert de RTL (alors Radio Luxembourg) à Bruges. Tomahawks était un disque des Cheyennes. Plus tard, les Tomahawks feront un disque intitulé : les Cheyennes. Les répétitions avaient lieu chez les Tisseghems dans la rue au Bois à Rhode.


Ils ont joué à l'Harmonie à Halle, à l'Empereur à Lembeek, au Martini Center à Bruxelles (place Rogier) et au Cinéma Trianon à Rhode. Ils ont été sollicités pour jouer l’avant-première des Rollingstones à l'occasion de leur première représentation en Belgique en 1966 au Vélodrome de Schaerbeek (disparu entre-temps). Mais en raison de désaccords, les Tomahawks ont cessé leur collaboration juste avant. Une occasion manquée mais qui leur a permis de voir de près les Stones (le batteur Patrick Connolly parlait de 5 maigres petits gay’s) et d'autres vedettes du monde de la musique. Finalement, c’est Little Jimmy and the Sharks qui ont fait l’avant-première.

The Black Spurs


René Ragoen (guitare) a joué chez les Black Spurs. Il est ensuite passé chez les Noise-makers et Q10 (à droite sur la photo) avec Roland Heymans (guitare). La photo a été prise lors d'une répétition dans le grenier de la famille Ragoen, dans la Rollebaan.


Les Black Spurs ont remporté un concours de musique (sur le terrain de football de l’Union St-Gilloise). Le 1er prix était un enregistrement sur disque vinyle. Hélas, l’enregistrement n'a jamais eu lieu car le groupe s'était séparé entre-temps. Roland Heymans est décédé en 2003 lors d'un safari en Afrique.

The Shivers


Line-up d'origine : Maurice Vandermaelen (chanteur) - John Oscé (guitare) - Pit Azare (guitare) et Roland Boulenger (basse) qui a été remplacé par Pierre De Broyer. Le frère de Pierre, Eric De Broyer (orgue) a rejoint le groupe plus tard. Leur tube est Cadillac. Après leur dissolution, le nom devient The Group six from Franky.


The group six from Franky

 

Ils jouent peu à Rode, mais surtout dans le Pajottenland comme le « Music hall Domino » à Galmaarden où ils accompagnent aussi le « patron » de l'établissement.


Composition : le chanteur Franky d'Essenbeek qui était accompagné des frères Eric (orgue) avec des lunettes noires rappelant Roy Orbison et Pierre De Broyer (basse), John Oscé (guitare), Annie (accordéon) et le batteur Freddy Bonehill. En 1967, ils remportent la Belgian Beat Cup pour les meilleurs arrangements et finitions musicaux (juste avant les Criminals de Paul Severs). Plus tard, le guitariste solo Charly de Zaventem rejoint le groupe avec principalement un répertoire des Shadows.


A partir de 1972, ils se produisent tous les week-ends dans un dancing bruxellois, et pendant trois ans sans interruption tous les week-ends au « Cheval Blanc » (proche de la Bourse à Bruxelles). Ils ont également donné des représentations au Docks Hôtel à Anvers et au Shape à Casteau.

Q10


Q10 a été fondée vers 1966-67, bien que tous les membres étaient originaires de Rhode, ce groupe n’était pourtant pas si populaire dans notre commune, la composition : Paul Van Thaelen (chanteur), Freddy Theys (basse), Alain De Ridder (guitare solo), Jan Grysseels (guitare), Theo Stoop (batteur talentueux), Willy Mosselmans (clavier), René Decoster (saxophone) et René Ragoen (guitare solo). Les répétitions avaient lieu chez Paul Van Thaelen près du carrefour Molenweg/Gehuchtstraat. Q10 a fait peu de représentations. Leur répertoire était encore très limité lorsque René Ragoen est décédé prématurément. Le groupe a été dissout après la mort de René qui en était le fédérateur, selon Alain De Ridder.

Les noms qui apparaissent le plus souvent dans notre tour d'horizon sont John Oscé, René Ragoen, Christelle Slabbinck et les frères De Broyer et Tisseghem. Ceux-ci ont joué dans différents groupes.


Une grande partie de ces musiciens sont décédés, Jean-Pierre Swalens est décédé en 2019 (né en 1946) en République Dominicaine. Les survivants sont entre-temps devenus grands-pères et John Oscé est resté fidèle à son public. Il se produit régulièrement auprès de ses fans d'autrefois, dans les maisons de retraite… Ceux qui désirent le réserver pour une prestation avec la chanteuse Greta Van Nuffel : Evergreen Live 0475 79 48 81.